← Retour aux nouvelles

Situation de la Grèce – Mise au point

3 juillet 2015

Situation de la Grèce – Mise au point

Malgré d’intenses négociations entre la Grèce, lourdement endettée, et ses créanciers de la zone euro, les problèmes de crédit du pays sont loin d’être réglés. À l’heure actuelle, la Grèce soutient qu’elle est incapable de rembourser ses emprunts, à moins d’obtenir du financement supplémentaire et un allègement de sa dette. Pour sa part, la zone euro insiste sur le fait qu’elle ne fournira pas de financement (en accordant davantage de crédit) si la Grèce ne s’engage pas à prendre des mesures à l’égard de trois enjeux clés :

  • ses objectifs d’excédents budgétaires,
  • sa réforme des régimes de retraite et
  • sa réforme du marché de l’emploi.

Vu cette impasse, le premier ministre grec a annoncé qu’il soumettait la plus récente proposition de la zone euro à un vote référendaire qui aura lieu le 5 juillet.

Le point de vue de la firme Gestion de Placements TD

Le risque que la Grèce sorte la zone euro a augmenté de façon importante. Bien que le scrutin du 5 juillet porte en théorie sur la proposition de plan de sauvetage, on demande en réalité à la population de la Grèce d’indiquer si elle souhaite ou non demeurer au sein de l’Union Européenne. La sortie de la zone euro s’avérerait un évènement déconcertant, mais il ne faut pas oublier que la Grèce ne représente qu’une très petite partie de la zone euro, à moins de 3 % du PIB de la région. Cela dit, Gestion de Placements TD estime que sa sortie de la zone euro, le cas échéant, pourrait être gérée. La majeure partie de la dette souveraine de la Grèce est détenue par des organismes comme le FMI et la BCE plutôt que par des créanciers du secteur privé, et la firme croit que les créanciers du pays sont en mesure d’absorber les pertes liées à cette dette.

Aussi, même si TD croit que la situation de la Grèce se traduira à court terme par une certaine volatilité sur les marchés, il est très peu probable qu’elle se transforme en crise financière ou en recul prononcé des marchés. Comme TD et De Champlain Groupe financier (« nous ») le soulignons depuis le début de l’année (et même depuis près d’un an), nous nous attendons en 2015 à des rendements modestes, assortis d’une volatilité accrue. À l’heure actuelle, la Grèce alimente la volatilité, mais les conditions d’investissement sous-jacentes globales sont caractérisées par une faible croissance économique et de faibles taux de rendement pour les titres à revenu fixe.

Orientation de votre portefeuille

Depuis un certain temps, nous faisons preuve de prudence à l’égard du potentiel de hausse de la volatilité. Il s’agit d’un des facteurs nous ayant incités à réduire la surpondération des actions pour privilégier un positionnement plus neutre depuis le dernier trimestre de 2014. Nous continuons de croire que les investisseurs doivent adopter une perspective à long terme et qu’ils seront bien servis par un portefeuille diversifié composé, d’une part, d’actions de sociétés canadiennes et mondiales de qualité supérieure en mesure d’augmenter leurs dividendes et, d’autre part, d’obligations de première qualité.

Nous continuerons de surveiller la situation et d’évaluer les conditions en gardant en tête les objectifs et l’intérêt supérieur de nos clients.

 
L’Équipe de De Champlain Groupe financier

Texte inspiré du communiqué « Perspectives actuelles » de Juin 2015 de Gestion de Placements TD